Voile de la Vierge de Compiègne

Religion

Granville : Notre Dame du Cap Lihou

L’empereur Charlemagne reçut de l'empereur d'Orient trois reliques du voile de Marie, et il les conserva à Aix la Chapelle.


Son petit-fils Charles le Chauve les dispersa ainsi : un voile resta à Aix-la-Chapelle, et il y est encore vénéré, un voile fut donné en l'an 876, à la cathédrale de Chartres, il est en soie et il est encore vénéré, un voile fut donné en l'an 876, à l'abbaye de Saint-Corneille, à Compiègne, il est "façon lin" et il y est également encore vénéré. C’est ce Voile de Compiègne qui sera présent à Granville pendant le Festival.

Historiquement liée à l'abbaye de Saint-Corneille, c’est désormais dans l’église Saint Jacques de Compiègne que se trouve dans une magnifique chasse en émaux champlevés, enroulé, un trésor inestimable : le « Voile de la Vierge » appelé aussi, "Voile de Compiègne ».


La chasse actuelle date de 1930. Mais un inventaire de l'an 1666 rappelle que le voile fut donné à l'abbaye par l'empereur Charles le Chauve. Le voile est décrit comme un linge de toile fort claire, façon toile de lin, avec les quelques tâches anciennes. Il est long de 4m 20.


Actuellement, nous pouvons encore l'observer. Une lisière, qui mesure effectivement 4m20 de long, n'a ni bout, ni couture, montrant ainsi, que le voile devait avoir la forme d'un cylindre et devait se porter double, ou bien, une partie reposant sur la tête, et, l'autre, sur les épaules.


Chaque année, la précieuse relique est portée solennellement en procession et chaque jour, de nombreux fidèles viennent se mettre sous la protection de Marie en le vénérant.