EXPOSITION

CHRISTOFF BARON - EXPOSITION J

Du 20 juillet au 16 août 2020 - église Notre-Dame du Cap Lihou de Granville

Né en 1972, Christoff Baron partage son temps entre Marseille, Strasbourg et Beyrouth. Il travaille depuis ses débuts sur des palettes de bois avec une grande prédilection pour les sujets narratifs, car dit-il : « La vie est une succession d’histoires, reliées par un fil. »

 

Des palettes usagées

Christoff Baron travaille sur des planches usagées de palette ou d’échafaudage. Son geste d’artiste s’inscrit sur les traces laissées par le maçon ou l’employé de supermarché. Par la peinture, il entend rendre au bois d’usage sa noblesse.

Les palettes sont laissées à l’état brut, poncées uniquement sous le motif. Un admirable contraste entre l’aspect mat du bois naturel et la luminosité du bois lasuré par l’artiste.

 

Christoff Baron est issu du milieu darbyste, un mouvement fondamentaliste protestant, dont il s’est écarté à l’âge de vingt ans, en même temps que de la foi. Ceci explique l’orthographe de son nom d'artiste, Christoff Baron comme « Christ-off », ainsi que sa fascination pour l’iconographie, proscrite des milieux protestants. 

 

Des icônes narratives

 

Christoff Baron expose ses œuvres dans de nombreuses galeries dans le monde et s’oriente depuis quelques années vers l’art sacré. Il est l’auteur notamment des retables de l’église Saint-Grégoire de Ribeauvillé, Saints Pierre et Paul de Illhaeusern, et du temple de Graufthal. Il a réalisé un tableau pour le jardin des religions de Strasbourg et pour la Gedächtniskirche (l’église du souvenir) de Berlin, et pour les églises Saint Elias et Saint Louis des Capucins de Beyrouth.

Dans sa réalisation d’œuvres sacrées, l’artiste s’intéresse essentiellement à une forme très particulière d’icône, qu’il qualifie d’ “icônes narratives” et qu’il envisage comme les prémices d’un art plus tardif, la bande dessinée.

Please reload